Les fonds en Bitcoin : exclusivement réservée aux professionnels ?

Posons-nous cette question : le bitcoin est-il encore un terrain réservé à un groupe de privilégiés seulement ? En d’autres termes, est-il possible aujourd’hui de dire que la cryptomonnaie et sa blockchain dont on dit qu’elle est décentralisée sont accessibles au grand public ?

L’inaccessibilité du bitcoin à tout le monde

Il est vrai que l’on parle plus du bitcoin aujourd’hui. Il existe une réelle fièvre de la monnaie virtuelle qui s’est emparée de tout le monde, notamment parce que c’est la monnaie de l’internet et que l’internet est sans conteste le plus grand canal de publicité et de vulgarisation. Plusieurs pays avancent déjà vers une reconnaissance gouvernementale d’une monnaie virtuelle. C’est notamment le cas au Venezuela. Il n’empêche que, pour l’heure, la crypto-devise n’est pas encore l’affaire du citoyen lambda. Il va de soi que « l’homme de la rue » ne peut pas avantageusement avancer vers la crypto-devise. Il n’y comprendrait rien.

Ce n’est pas que la monnaie virtuelle a quoi que ce soit qui fait exclusion à certaines personnes. Seulement, il s’agit bien plus que d’une simple monnaie. Du moins, c’est une monnaie dont chaque investisseur est le garant. En fait, lorsque l’on utilise la monnaie fiduciaire, on n’a pas besoin de connaître le fonctionnement de l’économie monétaire, la politique monétaire et le cours des devises avant d’acheter le pain au supermarché. Seulement, lorsque l’on va sur le marché international, ces questions surgissent, car l’investissement sur ce marché implique toujours la mise en jeu de ressources importantes. Tout aussi importants sont les risques et les gains sur le marché international. C’est bien ce qui fait la spécificité de la monnaie virtuelle : elle nous met constamment dans un contexte global qui requiert tout le calcul et l’intelligence économique de l’investissement, ce que l’on ne fait pas couramment quand on utilise au quotidien la monnaie fiduciaire.

La crypto-devise, une devise qui semble échapper à la réglementation

La monnaie fiduciaire a un marché bien défini, avec des indicateurs, un cours prévisible au moins jusqu’à un niveau donné, et est encadrée par des autorités qui peuvent se targuer d’exercer une certaine maîtrise sur cette monnaie. Tel n’est pas le cas de la cryptomonnaie. Elle est produite et échangée dans un cadre virtuel où un contrôle absolu est quasiment impossible.

La conséquence en est la multiplication des sites d’arnaque qui prétendent être des brokers. On pourrait croire et espérer que si les plateformes et sites de cryptomonnaies font un enregistrement auprès de l’Autorité de Marchés Financiers, ils pourraient être plus fiables. Mais, la dernière expérience de Tobam et de son « bitcoin fund » révèle toute la méfiance que rencontre la crypto-devise qui, de toute façon, n’est pour l’heure que du domaine de compétence des seuls investisseurs avertis.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Sorry that something went wrong, repeat again!